top of page
DARK-Public-Palais.jpg

NOS ARTICLES

IL Y A 100 ANS, LE FOYER ALSACIEN ÉCRIVAIT LA PREMIÈRE PAGE DE L’HISTOIRE DU BASKET MULHOUSIEN


La première équipe du Foyer Alsacien de Mulhouse engagée dans le championnat d’Alsace 1922-23 pose à côté de son terrain situé au 12 de la rue d’Alsace avec de gauche à droite : Jean Gaunand, Raymond Grisez, André Tondeur (capitaine), Charles Aberlen et Antoine Rudler. (photo parue dans Le Mulhouse Illustré).

Mulhouse, 1918. Conquise par les forces françaises le 17 novembre, la cité du Bollwerk réintègre la République, 47 ans après la cession forcée de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine par la France à l’Empire allemand. Exsangue, dévasté et ruiné, le pays vainqueur de la Grande Guerre entame un grand chantier de reconstruction.


À l’aube de l’année 1920, la vie s’est organisée. Le Général Georges-Antoine-Marie Tabouis commande la 27e brigade d’infanterie et la subdivision de Mulhouse tandis que le Capitaine Joseph-Hippolyte-Albert Baldoni, originaire des Alpes-Maritimes, dirige dans cette même ville le service d’Instruction Physique, dont certains moniteurs joueront un rôle majeur dans le développement du basket mulhousien. Quant à Alfred Wolff, il est le premier magistrat d’une commune où le Foyer du soldat de l’Union franco-américaine, dirigé par le Capitaine Petit et basé rue du Tilleul, organise spectacles et conférences.


La création du Foyer Alsacien

Sous l’impulsion d’Emmanuel Sautter, directeur-général de la Société des foyers de l’Union franco- américaine, un autre foyer, civil celui-là et baptisé Foyer Alsacien, est inauguré en grande pompe le 12 mai 1920 dans les locaux mis à disposition par la Ville au 12 rue d’Alsace. L’oeuvre, d’une haute portée morale et sociale, est admirable. Parmi la richesse des installations mises à disposition des jeunes Mulhousiens en quête d’éveil intellectuel et de développement physique figure un terrain de sport permettant la pratique du basket-ball et du volley-ball. Les professeurs américains King et Hastings ont tôt fait d’enseigner aux amateurs les rudiments du sport inventé trois décennies plus tôt par James Naismith. Une section de basket-ball est portée sur les fonts baptismaux par le Pasteur Maurice Roth. En juin 1921, une équipe se rend à Strasbourg pour affronter ses pairs des foyers du soldat de Strasbourg et de Haguenau. Résultat, deux écrasantes victoires 87-1 et 34-5 !


Un premier parcours prometteur

C’est en 1922 avec l’arrivée de Jean Gaunand, lui même basketteur, que le Foyer Alsacien de Mulhouse va entamer un parcours qui va rapidement le propulser vers les sommets français. Le nouveau venu engage le Groupe sportif du FAM en championnat d’Alsace, dont la première édition a eu lieu un an plus tôt. Premiers et seuls représentants haut-rhinois dans la compétition, les Mulhousiens balayent par deux fois leurs cinq adversaires – le RC Strasbourg, l’AS Strasbourg, le FC Haguenau, la SS alsacienne de Strasbourg et la SS Brumath – et décrochent le titre régional 1922-23. Les pionniers se nomment André Tondeur, Charles Aberlen, Jean Gaunand, Raymond Grisez, Antoine Rudler et Guillaume, dont le prénom nous est inconnu. Le Foyer alsacien devient la première équipe alsacienne à disputer le championnat de France, alors sous l’égide de la fédération française d’athlétisme. Au premier tour, les porteurs du maillot frappé de l’écusson de l’Union franco-américaine s’imposent aisément sur leur terrain de la rue d’Alsace face au champion de Franche-Comté, l’U.S. Colombier-Fontaine (70-11) avant d’échouer de peu en quarts de finale à la caserne du Prince-Eugène de Paris face à l’Olympique (17-21) sur un terrain boueux et sous une pluie incessante. Les commentaires du journaliste de l’Auto-vélo, le principal quotidien sportif français à l’époque, sont prémonitoires : « Mulhouse, préoccupé uniquement à faire du beau jeu, oublia par trop le panier. Avec un peu plus de décision au but, il semble que cette équipe soit actuellement imbattable par une équipe française ».


La victoire a échappé aux Mulhousiens mais ce n’est que partie remise.

Comments


bottom of page