top of page
DARK-Public-Palais.jpg

NOS ARTICLES

LE TRIOMPHE DES MINIMES DU MBC À REZÉ, EN LOIRE-ATLANTIQUE


La photo des champions : de gauche à droite, debout : Stéphane Monschau, Frédéric Demontoux, Florian Schneider, Bruno Lettermann, Loïc Eicher, Francis Schneider (entraîneur), Stéphane Neff (entraîneur adjoint). Accroupis : Bruno Cheron, David Schoenacker, Stéphane Eberlin, Hervé Diehl, Bruno Gadret, Gweltaz le Dissez. Manque sur la photo :Vincent Wagner. (photo L’Alsace)

1991 marque l’année du centenaire du basket-ball. En mars, le Mulhouse Basket Club de Jean-Luc Monschau fait vibrer toute la ville en disputant les demi-finales de la coupe d’Europe Korac avant de traverser de fortes turbulences. Le 15 du mois disparaît une grande figure du basket français. Robert Busnel, président de la FFBB puis de la FIBA, champion de France à l’âge de 15 ans et 7 mois avec le Foyer Alsacien de Mulhouse en 1930, perd tragiquement la vie sur l’autoroute A7. Toujours dans le même temps et loin de l’agitation médiatique, une équipe de jeunes basketteurs mulhousiens s’illustre en réalisant un parcours époustouflant. Premiers invaincus de leur poule de championnat, les minimes du MBC se qualifient pour les 8e de finales.


Voici leur histoire !

Septembre 1990. Versée dans la poule D en compagnie du Besançon RC, de Charnay-Mâcon, des Dijonnais de la JDA et de Dadolle, de Dole et Golbey-Epinal, la bande de copains dirigée par Francis Schneider et Stéphane Neff rêve de remporter le Trophée Milo, appellation du championnat de France minime issue de la marque de poudre chocolatée commercialisée par SOPAD Nestlé. 60 candidats répartis en 8 groupes se présentent au départ donné le 30 septembre. Comme c’est de coutume chaque saison avec les équipes de jeunes, il est difficile de mesurer précisément son propre niveau et celui de ses adversaires.


Une domination écrasante en phase de poule

Pourtant, à l’issue d’une préparation de qualité face à des équipes étrangères lors d’un stage à Cecina, en Italie, les dirigeants et le staff mulhousiens sont conscients de disposer d’une génération exceptionnelle. Une première confirmation tombe dès l’ouverture du championnat lorsque les Mulhousiens atomisent Golbey-Epinal (109-32). Ils ne le savent pas encore mais le meneur Stéphane Monschau, fils de Jean-Luc, et ses coéquipiers viennent d’affronter leur plus fort rival du groupe ! Grâce à un pressing tout-terrain efficace, les cartons se succèdent, on relève un 125-48 face à Charnay-Mâcon, 139-24 face à Besançon et 132-34 face à Dole. La plus courte victoire est signée à Golbey-Epinal (52-84) lors de la première journée du cycle retour. Résultat, le MBC termine premier en remportant très largement ses 12 matchs de phase de poule. Le 20 avril 1991, il débute la compétition à élimination directe en huitièmes de finales à Colmar face au 2e de la poule E, le BC Saint-Jacques Gries-Oberhoffen tandis que son dauphin, l’AS Golbey-Epinal, affronte le BC Wasselonne-Westhoffen. Florian Schneider, le fils du coach Francis, Frédéric Demontoux, Stéphane Eberlin, David Schoenacker et compagnie éprouvent, une fois n’est pas coutume, quelques difficultés à s’imposer (67-58) avant de se qualifier le lendemain pour le Final Four en venant à bout de Wasselonne-Westhoffen (65-50).


En démonstration au Final Four

Les demi-finalistes se retrouvent le 11 mai à Rezé, commune située sur la rive sud de la Loire, immédiatement au sud-ouest de Nantes. Devant 800 spectateurs, les jeunes Mulhousiens dominent l’équipe locale de La Houssais-Rezé (75-48). Plus athlétiques et disposant d’une plus grande maîtrise technique, ils s’imposent également nettement le lendemain en finale face à Hyères-Toulon Var (69-49) dans le sillage d’un Florian Schneider de gala (27 points) et décrochent le titre de champion de France ! Le MBC précise dans le journal L’Alsace : « le MBC remercie les clubs du Haut-Rhin de basket (Illfurth, Bergholtz, Reiningue et Pfastatt) qui ont su se séparer de leurs meilleurs joueurs afin que Mulhouse et l’Alsace soient représentés au plus haut niveau. Le titre de champion de France revient également à ces clubs qui ont su faire le bon choix pour leurs jeunes ».


Le Haut-Rhin attendra 26 ans pour fêter un nouveau sacre national dans cette catégorie avec l’ASSM Pfastatt de Jean-Luc Monschau et Annick Riff.

Comments


bottom of page